Le suffrage féminin en Suisse

Manifestation à Bienne en 1969

Manifestation à Berne en 1969. Source : Archives personnelles

1848

La première constitution fédérale de 1848 proclame l'égalité politique des citoyens. Mais les femmes, interdites de droits civiques, n'en font pas partie.

1868

Premières revendications féminines en Suisse. Elles se concentrent, dans un premier temps, sur des droits en matière ecclésiastique, scolaire ou sociale. Les militantes espèrent d'abord conquérir l'égalité civique sur les plans communal et cantonal avant de l'obtenir dans l'ensemble du pays. Ainsi, à Zurich, les femmes profitent de la révision de la constitution cantonale pour demander le droit de vote et d'éligibilité. En vain.

1874

Nouvelle constitution fédérale. Elle ne reconnaît toujours pas les femmes comme citoyennes.

1893

L'Union suisse des Ouvrières, créée en 1890, est la première association à réclamer le suffrage féminin.

Juin 1901

Discussion annuelle du comité central de la Société de Zofingue sur la question du suffrage féminin. Les membres s'y opposent et affirment que l'infériorité « physiologique et intellectuelle » des femmes est inscrite dans la nature et que leur cerveau moins développé limite leurs performances dans le domaine de la pensée sérieuse. L'un des participants prétend aussi que, si les femmes s'intéressent à la politique, elle perdront « ce charme de grâce qui est le plus bel apanage de leur sexe ».

1904

Inscription du suffrage féminin dans le programme du parti socialiste suisse.

1909

Création des premières associations pour le droit de vote des femmes. Elles constituent, en 1909, l'ASSF, Association suisse pour le suffrage féminin qui milite activement pour l'égalité sociale, juridique, politique et économique des femmes.

1912

Les parlementaires socialistes au Grand Conseil de Saint-Gall demandent l'introduction du suffrage féminin sur le plan cantonal. Le projet, premier du genre dans le pays, est refusé. Mais le débat politique est lancé.

1914-1918

Première Guerre mondiale. Plusieurs membres d'associations féminines s'engagent dans le service social de l'armée, contribution préliminaire et volontaire à l'obtention des droits politiques.

Cette période voit les revendications féminines s'intensifier. Jusqu'en 1921, le suffrage féminin est proposé à Bâle-Ville, Berne, Genève, Neuchâtel, Zurich, Glaris, Saint-Gall et Vaud. Toutes les demandes échouent devant le parlement. En 1920, l'Association genevoise pour le suffrage féminin lance une initiative populaire qui est rejetée.

1919

À Neuchâtel, première votation populaire cantonale sur l'introduction du suffrage féminin. La proposition est refusée.

Au Tessin, le droit de vote familial, pouvant être exercé par un homme ou une femme, est introduit dans les communes bourgeoises.

Vote populaire sur le suffrage féminin

Vote populaire sur le suffrage féminin : Ce qu'on a ce qu'on risque, 1920. Source : Bibliothèque de Genève

Votez non, contre le suffrage féminin

Si vous ne voulez pas ça ! Votez non contre le suffrage féminin, 1920. Source : Bibliothèque de Genève

Années 1920

Création d'associations féminines opposées au suffrage féminin.

1928

Première pétition pour le droit de vote des femmes sur le plan fédéral remise par l'Association suisse pour le Suffrage féminin (ASSF) et soutenue par le PS (Parti socialiste), certains syndicats ainsi que d'autres associations féminines. Elle est signée par 250'000 personnes (dont près de 80'000 hommes) mais n'est suivie d'aucun effet.

1939-1945

Deuxième Guerre mondiale. Plusieurs associations féminines s'engagent à nouveau dans l'aide sociale de l'armée.

1940

De nouveaux projets de loi introduisant le suffrage féminin sont présentés à Genève et Neuchâtel. Tous sont rejetés.

La femme ne doit pas être la proie des partis !

La femme ne doit pas être la proie des partis ! Source : Bibliothèque de Genève

Première votation fédérale sur le suffrage féminin

Première votation fédérale sur le suffrage féminin, 1er février 1959. Source : Bibliothèque de Genève

Après-guerre

Votations communales et cantonales sur le suffrage féminin (Bâle-Ville, Bâle-Campagne, Genève et Tessin en 1946, Zurich en 1947, Neuchâtel et Soleure en 1948, Vaud en 1951), toutes soldées par des résultats négatifs.

1951

Rapport du Conseil fédéral. Il y estime qu'une votation fédérale sur la question du droit de vote des femmes est prématurée au vu des scrutins négatifs organisés dans les cantons.

1957

Le Conseil fédéral projette l'obligation pour les femmes de servir dans la protection civile. Nombre d'associations féminines protestent vivement contre ces nouvelles obligations alors qu'elles ne jouissent toujours pas de droits politiques. La polémique est si vive que le Conseil fédéral se voit contraint de présenter, la même année, un projet de votation sur le suffrage féminin.

La même année, trois communes bourgeoises du demi-canton de Bâle-Ville introduisent le suffrage féminin.

1er février 1959

Première votation populaire fédérale sur l'introduction du suffrage féminin. Rejet massif de deux tiers des votants (654'939 non, 323'727 oui) ; seuls les citoyens vaudois, neuchâtelois et genevois l'acceptent. La participation s'élève à presque 67%.

Le 2 février 1959, cette émission de la Radio Suisse Romande revient sur les résultats de la votation. Source : rts.ch

1959

Aussitôt, un projet cantonal d'introduction du suffrage féminin est proposé dans les trois cantons romands qui ont accepté l'objet fédéral. Le canton de Vaud est le premier à autoriser les femmes à exercer des droits politiques aux niveaux cantonal et communal.

1959-1970

Après Vaud, Neuchâtel introduit le suffrage féminin la même année. Genève en 1960, Bâle-Ville en 1966, Bâle-Campagne en 1968, le Tessin en 1969 puis le Valais et Zurich en 1970.

1968

La Suisse signe la Convention européenne des droits de l'homme « sous réserve », soit en excluant le suffrage féminin. Tollé.

Mars 1969

Suite à la polémique suscitée par la signature de la Convention européenne des droits de l'homme, L'ASSF, Association suisse pour le suffrage féminin, organise une marche sur Berne. Le Conseil fédéral accepte de préparer un projet de loi sur l'introduction du suffrage féminin en 1970. La votation populaire est planifiée pour février 1971.

1970

Campagne précédant la votation populaire sur le droit de vote et d'éligibilité des femmes au niveau fédéral. Le projet est soutenu par tous les partis politiques nationaux. Les opposants d'hier sont les partisans d'aujourd'hui. Mai 68 est passé par là et il est désormais de bon ton de soutenir l'égalité entre les sexes. L'adhésion au projet est si écrasante que ses quelques adversaires, en tête desquels l'avocat argovien Markus Herzig, président de l'Action fédérale contre le suffrage féminin, dénoncent un boycott des médias et des partis politiques.

Résultats de la votation du 7 février 1971

Résultats de la votation pour l'introduction de suffrage féminin en Suisse du 7 février 1971. En vert, oui et en rouge, non. Source : Wikimedia Commons

8 février 1971

Votation populaire fédérale sur l'introduction du suffrage féminin au niveau fédéral. Comme il s'agit de modifier la Constitution fédérale, l'objet requiert la double majorité du peuple et des cantons.

À ce moment, les femmes sont alors majoritaires au sein la population suisse et représentent un tiers de la population active. Leur sort est désormais entre les mains de ces messieurs qui se déplacent sans enthousiasme aux urnes (participation : 57%).

Les résultats du scrutin dépassent les espérances. C'est un « oui » aussi massif que fut le « non » de 1959. La tendance s'inverse, puisque deux tiers des votants (65,7%) acceptent cette fois-ci le suffrage féminin (621'109 oui contre 323'882 non). Six cantons et deux demis-cantons s'y opposent : Appenzell Rhodes-Extérieures et Rhodes-Intérieures, Glaris, Obwald, Schwytz, Saint-Gall, Thurgovie et Uri.

En 1833 déjà...

En 1833, la loi sur les communes du canton de Berne accordait aux femmes propriétaires foncières le droit de participer à l'assemblée de commune... mais elles devaient se faire représenter par un homme. Cette loi tout à fait pionnière est abolie en 1887.

Conclusion : le suffrage féminin

Le 31 octobre 1971, le Conseil national est renouvelé. Quelques femmes se portent candidates, 10 sont élues. Elles sont issues des trois principaux partis suisses, à l'exception remarquée du puissant Parti des paysans, artisans et bourgeois, l'actuelle UDC. Les élues représentent 8 cantons, dont 4 sont romands. Leur moyenne d'âge est de 47 ans. La plus jeune, la socialiste valaisanne Gabrielle Nanchen, n'a alors que 28 ans.

Pour les femmes qui ont milité pour l'obtention de droits politiques, le combat ne fait que commencer. Elles demandent maintenant un salaire égal, une formation de base identique, l'égalité des chances dans la promotion professionnelle, le libre accès à la contraception et la dépénalisation de l'avortement.

Dès l'acceptation du suffrage féminin sur le plan fédéral, la presque totalité des cantons qui ne l'avaient pas fait sur leur territoire l'introduisent aussitôt. Mais plusieurs communes tardent, attendant jusque dans les années 1980 pour attribuer des droits politiques à leurs citoyennes. En Appenzell, dans les Rhodes-Extérieures, le suffrage féminin n'est accepté qu'en 1989... à une courte majorité.

Ce n'est qu'à ce moment-là que le droit de vote et d'éligibilité est accordé aux femmes véritablement sur l'ensemble du territoire suisse.

Suffrage (universel/restreint - direct/indirect)

Le mot « suffrage » désigne le système de vote appliqué au sein d'un État. Il peut être universel (le vote est ouvert à tous, sans restriction autre que la limite d'âge) ou restreint (le vote est limité à certains citoyens en fonction de leur sexe, leur fortune, leur niveau d'instruction, etc.). Le suffrage est direct (les citoyens élisent directement leurs représentants) ou indirect (les électeurs désignent certains d'entre eux qui éliront, à leur tour, leurs représentants).